Revenir au monde

Revenir au monde


En feuilletant un vieux magazine artpress de 99 acheté dans une braderie, je suis tombée sur un intéressant article de Christian Caujolle, intitulé « Vous avez dit réel? », consacré au travail de quatre photographes qui se frottent à des sujets d’une dureté extrême, et les traitent souvent en jouant sur le flou et le hors-champs avec justesse : Philip Blenkinsop, Michael Ackerman, Antoine d’Agata et Olivier Pin-Fat. Des travaux d’une grande force, qui dégagent souvent une certaine violence, ou en tout cas une inquiétude, et un texte encore très actuel quinze ans plus tard sur leur façon d’aborder le réel. Ci-dessous, un extrait de l’article et une sélection de photographies.

Antoine d’Agata

« Or, par leur intensité, par leur refus de décrire ou de documenter au premier degré, ces images nous inquiètent au point de nous asséner l’une après l’autre, que nous ne pouvons plus nous réfugier derrière la représentation du monde, mais que nous devons, pour peu que nous soyons concernés par l’univers dans lequel nous évoluons, retourner vers l’expérience physique et directe du monde. 

Antoine d’Agata

C’est un peu comme si, en poussant la photographie a ses limites et en explicitant les limitations, ces jeunes auteurs mettaient enfin à mal la crédulité collective qui voudrait que ce soit « vrai » parce que c’est en photographie.

Philip Blenkinsop

Tout se passe comme si ces photographes, parce qu’ils se choquent avec une violence qui implique une prise de risque extrême et refusent de se réfugier derrière les capacités de mensonge de leur objectif (…) réinstallaient la nécessité pour celui qui regarde les images, de se référer au monde préexistant et de n’accorder aux images que leur valeur d’images.  

Michael Ackerman

Michael Ackerman

Les temps changent vraiment quand la confusion entre le monde et ses représentations devient impossible et que, alors que nous vivons depuis un quart de siècle une pathétique pratique du mensonge dissimulant la réalité vécue derrière une cacophonie visuelle organisée par une série de conventions et de stéréotypes, le réel fait à nouveau irruption et nous interpelle directement.

Olivier Pin-Fat

L’image dominante, parce que véhiculée par les supports de masse, s’est imposée. Et elle nous a dissimulé le monde qu’elle faisait semblant de nous montrer.

Michael Ackerman

C’est donc une photographie qui ne veut plus nous renvoyer à elle-même, mais nous amener à réfléchir au monde qui l’a généré. « 

96

Michael Ackerman

831598_6_36d0_tijuana-mexique-2003

Antoine d’Agata

Antoine d’Agata

Michael Ackerman

Philip Blenkinsop

Philip Blenkinsop

Michael Ackerman

Olivier Pin-Fat

Antoine D’Agata

Texte extrait de « Vous avez dit réel ?« , de Christian Caujolle, artpress numéro 251, novembre 99.

+ Pas encore de commentaires

Je commente