Bouton d’or

Bouton d’or


Né en 1964, le photographe Eric Nehr vit et travaille à Paris. Il présente actuellement au Centre Régional de la Photographie de Douchy-les-Mines une exposition intitulée Bouton d’Or, référence aux peintres primitifs qui peignaient sur fonds dorés. Après Rose blessée, son exposition précédente, il poursuit son travail de portraits de personnes albinos. Dévoilant une grande fragilité, ces portraits sont une ode à l’altérité.

news_33241_0

« Ce travail autour des albinos est né par hasard, suite à une rencontre aux Halles. Je cherchais des modèles dans la rue et mon regard a été retenu par une personne albinos. C’est ainsi que tout a commencé, j’ai été très touché par cette personne, En France, ils ne sont pas aussi visibles qu’en Afrique ou en Amérique du Sud. La peau des albinos est très sensible, comme un papier photo. Moi qui travaille avec la lumière, je me suis senti très touché par ces personnes qui ne peuvent être exposés au soleil. Et j’ai décidé de m’y intéresser. » Eric Nehr

Très inspiré par la peinture, Eric Nehr compose ses photographies comme des tableaux, et joue avec les fonds et la lumière comme avec une palette de couleurs pour sublimer ses modèles. Les visages des personnes photographiées semblent évanescents, d’une grande douceur, comme sortis d’un autre monde.

original-299e8a7fd1c5c2726d3cb33629bb82e5

« En utilisant des lumières douces et des fonds clairs, proches de la carnation du modèle, je me rapproche de l’esquisse. Le visage se dématérialise. Au contraire en utilisant une lumière directe et contrastée, en plaçant le modèle devant un fond noir, je me rapproche de la sculpture et donc d’une plus grande matérialité. J’ai utilisé aussi la pénombre et la sous-exposition pour que l’apparence de l’albinos soit profondément transformée, lui rendant l’apparence de l’africain ou de l’indien qu’il aurait pu être sans cette maladie. Pour l’impression j’utilise des papiers japonais extrêmement fins que j’encolle directement sur le mur. Tel une fresque, le papier s’efface et ne laisse que la présence de l’être photographié. Pour jouer du contraste, j’imprime aussi sur du papier glacé ultra brillant, miroir sombre reflétant l’image du spectateur et celle du modèle. Chaque étape est de mes prises de vue est à prendre comme métaphore de l’albinisme, absence de mélanine, fragilité à la lumière, persécution et mort précoce « . Eric Nehr

« Dans certains pays d’Afrique, cet homme noir né blanc, mi-homme, mi-dieu, aux pouvoirs bénéfiques et maléfiques selon des croyances ancestrales, considéré comme une valeur marchande, est parfois pourchassé jusqu’à la mort. Tandis qu’au Panamá, « les albinos sont mythifiés par les Kuna-Dule, seule population amérindienne à les penser ainsi, mais qui ne leur donne pas pour autant une position enviable dans la réalité, car une discrimination latente est bien là » Romain Salomon

Exposition Bouton d’or d’Eric Nehr, visible au CRP de Douchy-les-Mines jusqu’au 22 novembre 2015.

http://www.centre-photographie-npdc.fr/

Plus de photographies d’Eric Nehr : http://www.minititle.com/artists/ericnehr/personal/thumbs/

Dossier de presse de l’exposition Bouton d’or : http://www.centre-photographie-npdc.fr/PDFS/EXPOSITION/CRP_Nehr_CP.pdf

 

 

 

+ Pas encore de commentaires

Je commente