Mapplethorpe/Rodin


Robert Mapplethorpe prend des photographies comme il réaliserait une sculpture, modelant les contours et les creux des corps et objets qu’il photographie par de subtils jeux de lumière, un noir et blanc sublime et un cadrage parfait choisi avec soin. Les corps musclés qu’il photographie, masculins ou féminin (comme Lisa Lyon, championne de bodybuilding qui fut le modèle de nombreuses photos) ont la perfection des statues antiques ou de celles de Michel-Ange, que Mapplethorpe admirait beaucoup.
Une exposition proposée d’avril à septembre 2014 au musée Rodin cet été proposait de mettre en avant ces rapprochements entre la photographie de Mapplethorpe et les sculptures d’Auguste Rodin. Les peaux blanches et noires des modèles de Mapplethorpe, lisses, musclées, y répondaient aux marbres, plâtres et bronzes de Rodin. Les différentes sections de l’exposition mettaient en avant les points communs entre le travail des deux artistes sur la tension du corps et le mouvement, sur l’ombre et la lumière, et bien entendu la puissance érotique sous-tendue dans toutes leurs œuvres, y compris dans les compositions florales de Mapplethorpe.
Le photographe américain, décédé du sida en 1989, avait déclaré : « Si j’étais né il y a 200 ans, j’aurais sans doute été sculpteur, mais la photographie est une façon rapide de regarder et de créer une sculpture. »
Les images ci-dessous, issues des œuvres présentées dans l’exposition, présentent à gauche les photographies de Mapplethorpe et à droite les sculptures de Rodin.

mapplethorpe-rodin-1014613

1461214600

14599

14606

mapplethorpe-rodin-11

mapplethorpe-rodin-12-1

mapplethorpe-rodin-04

mapplethorpe-rodin-08

mapplethorpe-rodin-01

mapplethorpe-rodin-14

mapplethorpe-rodin-06

mapplethorpe-rodin-05

14604

+ Pas encore de commentaires

Je commente