Hedi Slimane

Hedi Slimane


CF006968

« Je n’aime pas vraiment l’idée de me restreindre à un seul domaine, j’ai toujours pensé pouvoir utiliser différents médiums pour exprimer la même idée (…)
En ce moment, je me concentre sur la photographie. Mais si vous regardez mes photographies des dix dernières années, puis mon style et mes créations de mode, il est évident que je poursuis toujours les mêmes principes et idées. »

Que ce soit à travers les vêtements ou les photographies, c’est toujours après la même vision du corps masculin que court Hedi Slimane. Né à Paris le 5 juin 1968, il se passionne dès l’enfance pour la photo, grâce à son premier appareil, un Nikon d’occasion obtenu vers l’âge de 11 ans. Après des études en hypokhâgne et un passage à l’école du Louvres où il étudie l’histoire de l’art, il entre chez Yves Saint Laurent comme directeur des collections. Mais il est surtout connu pour avoir été dans les années 2000 le créateur de la ligne homme de Dior, qui n’avait pas de collection masculine jusque là et lui donne alors carte blanche pour en créer l’identité. Hedi Slimane en profite au passage pour redéfinir entièrement la conception de la mode masculine en imposant ses codes sur les podiums, rapidement suivis par la rue. On retiendra ses jeans slims, ses costume très ajustés et ses cravate fines, simple ligne noire au milieu de la poitrine, mais aussi des trenchs, bretelles, chapeaux, un subtil mélange entre rock et élégance.

« En inventant mes proportions, je me suis adressé par goût à un public plus jeune, je souhaitais replacer la veste au coeur de leur quotidien. »

46544_vf5v4318

Pour présenter ses collections, il choisit des jeunes gens qui ne sont pas des mannequins professionnels, recrutés dans les rues de Londres ou d’ailleurs. Saison après saison, il crée des silhouettes parfois androgynes en faisant défiler ces grands adolescents à l’ossature fine et aux longs cheveux, vêtus de temps à autres de t-shirts à demi transparents, de longues capes en laines ou de pantalons dorés. Il dit à ce propos :

« J’aimerais que les hommes évoluent vers quelque chose de plus sophistiqué, de plus séduisant, pour explorer un type de masculinité entièrement nouveau. »

Ses vêtements, ce sont aussi des détails qui n’appartiennent qu’à lui ; le col inversé ou les coutures « cicatrices » dans le dos, comme une signature discrète. Lors de son travail chez Dior, Hedi Slimane maîtrise totalement l’image de la marque. Que ce soit les vêtements, les sacs, les parfums ou eaux de cologne dont il choisit chaque senteur et dessine la bouteille, ou même l’architecture des boutiques, il est maître de chaque détail de A à Z.

46454_13823dio12ihd-1

Et pourtant en 2007, après quelques désaccords avec la firme, il décide de ne pas renouveler son contrat avec Dior et passe les rênes de la marque à Kris Van Asche.
Il se consacre ensuite entièrement à la photographie qu’il n’avait jamais totalement quitté. Il réalisait déjà lui-même la plupart des campagnes de publicités pour ses vêtements Dior Homme, tout en postant ses photos sur son blog, ce qu’il fait toujours régulièrement. Il est également sollicité par plusieurs magazines pour des séries de photos de mode (Vogue homme international, Numéro, Officiel, et cætera), ou même comme rédacteur en chef d’un jour pour le magazine Wallpaper pour un numéro qui convoque aussi Jeff Koons et Pieter Rams. Ses photographies ont fait l’objet de nombreuses expositions autour du monde, à Berlin (SWEET BIRD OF YOUTH), ou encore PERFECT STRANGERS à la Galerie Almine Rech à Paris, et Tokyo, pour lesquelles il réalise aussi des installations, constructions lumineuses intégrant des lettres en néons, où sont parfois incluses ses photos ainsi mises en valeur.

Plusieurs livres de ses travaux ont été publiés depuis 2002, notamment Rock Diary, sorti en 2008. Le titre réunit deux mots clés pour lui, qui conçoit la photographie comme un journal intime, et a toujours été proche de la scène rock et de personnages comme Pete Doherty, le chanteur de Libertines et de Babyshambles, ou bien Courtney Love, modèles de plusieurs de ses clichés. Hedi a également participé à la notoriété de plusieurs jeunes groupes musicaux en leur faisant signer la bande son de ses défilés Dior Homme, comme Eight legs ou These New Puritans.

1-003291

Ses photos qui déclinent à l’infini le noir, le gris et le blanc sont une vraie ode à la jeunesse. L’ancien styliste fixe l’image de jeunes adultes longilignes aux longs cheveux, en costumes cintrés ou en skaters en baggy et t-shirt imprimé. Toujours en mouvement d’une ville à l’autre, il n’a pas vraiment de chez lui, ce qui explique qu’au fil de ses voyages à Los Angeles, Paris, Londres ou Tokyo, la partie « diary » de son site internet s’enrichit d’images de garçons et de filles qui s’amusent, écoutent de la musique, boivent, vivent. Ils sont rock, cool, insouciants et beaux. On comprend pourquoi Slimane est un grand ami du réalisateur Gus Van Sant, comme lui éternellement fasciné par cette jeunesse éphémère qu’il traite encore et encore dans ses films, comme Elephant ou Paranoid Park.

CF002726

Depuis son adolescence, dont il dit qu’il ne l’a pas pleinement vécue, Hedi Slimane prend ses amis et d’autres adolescents en photos ; comme il le dit, rien n’a vraiment changé. Il réalise beaucoup de portraits aux regards langoureux, des visages ou des nuques qui se détachent avec grâce sur un fond monochrome gris ou noir, mais aussi des objets, natures mortes de ballons qui s’envolent ou de guitares… Tous ces flashs de vie en noir et blanc laissent une impression mélancolique, comme un aperçu de vie passée trop vite. Il dit aimer opposer un décor lisse, pur, parfait, à des corps imparfaits et humains, pour souligner leur vulnérabilité, perdus au milieu de leur environnement. On sent l’approche romantique, confirmée quand il avoue apprécier beaucoup le peintre Caspar David Friedrich, connu pour ses personnages perdus au milieu d’une nature immense et hostile.

L’esthétique de ces photos noir et blanc aux corps parfois sensuels n’est pas non plus sans rappeler le travail du photographe Robert Mapplethorpe. Ici encore, l’influence n’est pas cachée, puisque Hedi Slimane a été en 2005 le commissaire d’une exposition sur le photographe, Robert Mapplethorpe curated by Hedi Slimane, à la demande de la Galerie Thaddaeus Ropac qui a proposé à plusieurs artistes de présenter leur vision du travail de ce grand photographe.
Slimane veut tout approcher avec le regard neuf d’un amateur ; en effet, il n’a jamais appris à faire des photographies ou suivi une formation de styliste, tout ce qu’il a fait a toujours été motivé par le seul désir d’exprimer des idées et une vision du monde, qui reste la même quand les moyens d’expression changent.

91832_vf5v4408

Depuis 2012, Hedi Slimane est revenu à la mode et dirige maintenant les collections de la maison Yves Saint Laurent, renommée Saint Laurent Paris.

site.
www.hedislimane.com
diary.
www.hedislimane.com/diary/
fashion diary.
www.hedislimane.com/fashiondiary/

 

+ Pas encore de commentaires

Je commente